Les ours polaires pas en danger pour ladministration américaine

first_imgLes ours polaires pas “en danger” pour l’administration américaineLes écologistes américains viennent de perdre la bataille pour que l’ours polaire soit inscrit sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature en tant qu’espèce “en danger”. L’ours polaire avait été classé comme espèce “vulnérable” par l’administration de l’ancien président, George W. Bush. Actuellement, le ministère de l’Intérieur a décidé de conserver cette classification qui laisse l’animal moins protégé par la loi, rapporte la BBC. Le gouvernement a déclaré que les ours n’étaient pas en voie de disparition. Condition qui aurait permis de les classer comme espèce “en danger”. À lire aussiQuand trois ours lippus se mettent à jouer avec un ballon roseLes écologistes veulent contester cette décision. En fait, si l’espèce était classée comme “en danger”, le gouvernement serait obligé de contrôler les émissions de gaz à effet de serre dans les zones d’habitat des ours, en Arctique. Ce qu’impose la loi américaine sur les espèces en danger (“Endangered Species Act”) datant de 1973. Or, le gouvernement est en train de délibérer sur la délivrance d’autorisations pour le développement pétrolier dans le nord de l’Alaska.  Quand l’administration Bush avait classé les ours polaires comme espèce “vulnérable”, le gouvernement avait invoqué un règlement qui stipule que l’ “Endangered Species Act” ne peut pas être utilisé pour réguler les émissions de gaz à effet de serre.Le Centre pour la diversité biologique, un des groupes qui œuvrent pour mettre l’ours polaire sur la liste des espèces en danger, a déclaré que la décision montre que l’administration du président Barack Obama continue à défendre l’ère des décisions “anti science” de George W. Bush. Le centre affirme que l’ours polaire a 80% de chance de disparaître dans les 40 prochaines années. Il va continuer à s’opposer devant les tribunaux à la décision du gouvernement américain. Le 24 décembre 2010 à 08:27 • Emmanuel Perrinlast_img read more

3 dead 15 wounded in Nairobi blast

first_imgKenyan troops moved into Somalia in late 2011, prompting al-Shabab militants in Somalia to vow revenge attacks inside Kenya. And over the past year, Kenya has seen a series of small-scale explosions, many from grenades and other small improvised explosive devices. Al-Shabab sympathizers are suspected in many of the attacks, although authorities have not definitively linked all the attacks to the Islamist group or its sympathizers.Friday’s targeting of a mosque, however, could suggest a retaliatory attack by a non-Somali Kenyan against the country’s Somali community.An angry crowd quickly gathered after the 7:30 p.m. explosion in the neighborhood, which is known as Little Mogadishu, only to disperse when police fired shots into the air. Abandoned shoes lay outside the mosque and pools of blood were visible on the mosque’s steps.A blast Wednesday near a military base in the same neighborhood wounded eight people.(Copyright 2012 The Associated Press. All rights reserved. This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed.) Mary Coyle ice cream to reopen in central Phoenix 4 must play golf courses in Arizona Top Stories Comments   Share   Associated PressNAIROBI, Kenya (AP) – A grenade thrown at worshippers leaving a mosque in a Somali neighborhood in the Kenyan capital killed three people and wounded 15 on Friday evening, the city’s police chief said. The explosion was the second in the same Nairobi neighborhood in three days.Kenyan media reported that a Muslim member of parliament was among the wounded, but police Chief Moses Ombati did not confirm that. Former Arizona Rep. Don Shooter shows health improvementcenter_img Bottoms up! Enjoy a cold one for International Beer Day Sponsored Stories Construction begins on Chandler hospital expansion project Early signs of cataracts in your parents and how to help The difference between men and women when it comes to painlast_img read more